Monday, March 14, 2016

J'ai bien dormi… mais je me suis réveillée tôt

Hier, c'était le dimanche, 13 mars. Comme tout autre dimanche en Côte d'Ivoire, les ivoiriens : jeunes, enfants, aînés, familles, touristes, amis, convois… étaient à la plage. En Côte d'Ivoire « aller à la plage » n'a jamais rimé avec une vie d'aisance. Cela n'a jamais été une activité pour des touristes. D'Abidjan à Bassam, en passant par Krinjabo, Assinie et Noé à l'est ; et Sans Pedro, Sassandra et Tabou à l'ouest.. la Côte d'Ivoire ne manque pas des belles côtes, des belles plages.

Hier, les ivoiriens étaient à la plage comme d'habitude. Des jeunes, des enfants, des aînés, des familles, des touristes, des amis, des convois. Mais ce dimanche s'est avéré un de différent. Hier, c'était le « dimanche noir » en Côte d'Ivoire. Des homme armés ont fait irruption dans la sérénité et la joie des ivoiriens, semant la mort, la peur, le traumatisme et la désolation.

De 13 heures Temps Universel jusqu'à la tombée de la nuit.. le pays était sous le choc. D'ailleurs il l'est toujours. Quand à moi, je me suis couchée et j'ai bien dormi. Si si. J'ai bien dormi. 



J'ai bien dormi parce que j'avais une conscience en paix. Moi et ma conscience nous étions s
ereines. Pour les 18 ans que j'ai vécues dans la commune de Cocody, je n'ai jamais comploté du mal envers ce pays que j'aime. Je n'ai jamais aidé, ou contribué à verse une goutte de sang d'une personne en Côte d'Ivoire. Je ne le jamais fait. Je ne le ferai jamais.

J'ai bien dormi parce que, en quelque sorte, je m'estime rescapée. En effet ce dimanche après-midi, je recevais une quinzaine de personnes d'au moins 7 nationalités chez moi. Depuis un mois, on réfléchissait au meilleur endroit pour la réception. On s'était accordé pour aller à la plage. La décision de recevoir chez moi a été une décision de dernière minute. Pour cela, je remercie Dieu. Si non, l'histoire en aura pu être toute autre. Ca aura pu être moi.

Surtout, j'ai bien dormi car j'ai confiance dans les forces de maintien d'ordre et de sécurité de la Côte d'Ivoire. Malgré les possibles insuffisances, qu'on peut reprocher à la police de mer, la police de la terre, la police de l'air, la gendarmerie, ou à l'armée de la terre, les forces armées de ce pays font de leur mieux pour servir la nation. Depuis les attaques à Ouagadougou, au Burkina Faso, la sûreté partout en Côte d'Ivoire a connue une mise à niveau. Devant les supermarchés, les hypermarchés, les hôtels et dans beaucoup d'autres endroit. Je reconnaît que les forces de sécurité travaillent. Si non, c'est serait à Abidjan qu'un carnage aurait eu lieu.

J'ai bien dormi….. mais je me suis réveillée tôt.

Je me suis réveillée tôt pour pleurer la jeunesse ivoirienne. Cette jeunesse qui tente de se consolider. Cette jeunesse qui se bat pour vivre heureuse chez elle. Cette jeunesse qui, normalement s'organise par quartier, pour louer des cars.. afin de partir à la plage en convoi. La jeunesse de la Côte d'Ivoire aime bien vivre. C'est bien d'elle qu'est né le mot « enjaillement », l'ivoirisation de l'anglais « enjoyment ». Tuer des jeunes à la plage un dimanche, c'est tenter d’éteindre cette flamme de joie.. tuer l'enjaillement.

Je me suis réveillée tôt car j'avais mal pour le Président Alassane Ouattara et le gouvernement de la Côte d'Ivoire. Quand j'ai vu l'homme ce dimanche.. il m'a apparu sonné. Et j'ai noté sur mon mur Facebook : 



Malgré ce qu'on peut lui rep
rocher, ADO se bat, avec le gouvernement, pour repositionner l'économie du pays. En quatre ans, tous les paramètres de mesure vont en ascendance : Indice Mo Ibrahim, Doing Business, Indice de Développement Humain, Africa Business Prospect etc. Semer la mort en ce moment en Côte d'Ivoire.. c'est tenter de freiner cet élan. Ni la Côte d'Ivoire, ni son économie n'a besoin de cela.

Mais surtout.. je me suis réveillée tôt pour pleurer.. à cause des médias.. et de ces images. Nous avons vécus des crises, des guerres.. et des tueries en Côte d'Ivoire. Les plaies ne sont pas toutes guéries. Les traumatismes non plus. Alors que les pays pansent encore ses blessures, alors qu'il y a encore un ministère à part entier pour des victimes.. on se retrouve avec plus des victimes. Et nous voici de retour. De retour au moment où :
- les corps des ivoiriens morts sont affichés partout en ligne
- la RFI commence son journal avec l'heure d'Abidjan
- Les médias veulent un interview de moi.. une abidjanaise qui parle français et anglais
- on fait du sensationnalisme avec la vie humaine perdue
- une course effrénée s'engage, pour un bilan macabre, devenu plus important que la sécurité des personnes
- nos téléphones n’arrêtent pas de sonner.. car les amis du monde entier veulent savoir que nous allons bien 


Je me suis réveillée.. pour écrire. Je vais au travail. Le cœur lourd, mais j'avance. Les larmes aux yeux, mais je fonce. Je crois en une Côte d'Ivoire de paix. Une Côte d'Ivoire de joie. Une Côte d'Ivoire, terre d'espérance.

La Côte d'Ivoire est forte.
Bassam est grand.
Dieu est grand.

15 comments:

Etser Emmanuel Kango said...

J'ai les larmes aux yeux Tata pff

Franck Richmond Akoki said...
This comment has been removed by the author.
Franck Richmond Akoki said...

Inspiré ! Rip aux défunts et Yako à leurs familles respectives

OUEDRAOGO DANIEL KENANIA said...

Yako à tous les ivoiriens.
Loin de mon pays à cette heure, mon coeur est en trouble.
Mais je fais confiance en Dieu pour panser les blessures.

Koffi Adjoua said...

Moi je continue de pleurer,j'ai encore mal. Je suis sans voix!!!

Nehemie Mboke said...

Merci grande dame pour ton éternel courage. Merci pour cette motivation. Je reste convaincu que la détermination la persévérance peuvent venir à bout de tout.

Koffi Adjoua said...

Moi je continue de pleurer,j'ai encore mal. Je suis sans voix!!!

NAKYELA said...

Mon coeur est lourd ,je connaissais personnellement une victime...

Zak Le Messager said...

Merci la mama,
Le coeur saigne mais on reste debout

Naga Inza DAGNOGO said...

On reste debout tata Nnenna !!!

Paule Dominique Blé said...

Merci Tata.
Ils ne réussiront pas à nous soumettre, car en DIEU, Le Vrai, nous croyons.

Wilkou said...

Allons de l'avant sans oublier... Restons forts... Dieu guide...

Wilkou said...

Allons de l'avant sans oublier... Restons forts... Dieu guide...

Anonymous said...

This express clearly what couldn't come out of my mind. Thank you Nnenn!

Wassia said...

Everything is said.. les médias s'affairent. On veut faire du sensationalisme. Lord have mercy. Il nous faut continuer. Merci pour ce article inspiré.